Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Page 2
Accueil

Recherche appartement ... 

En Son temps, ce que Dieu fait est parfait


Toute une semaine, je suis tombée sur ce verset de la Bible : "Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut !" (Esaïe 52.7). Sans savoir  pour quelle raison.


Je rencontre une dame que je ne connais pas, que je n'ai même jamais vu, elle est la voisine de ma belle mère qui vient de décéder. C'est une gentille dame, jeune retraitée. Nous entamons une discussion et elle me fait rapidement part de sa crainte d'une rechute vis à vis d'un cancer qu'elle avait eu dans le temps. Je lui propose de venir à l'église, nous y prions pour les malades, mais surtout elle peut y trouver la PAIX. Elle vient le lendemain à la réunion de 16h00 avec son mari. Je les laisse en bas à la réunion, pendant que je vais en haut m'occuper des enfants. Et je ne sais pas comment la réunion s'est déroulée pour elle.


Sa crainte de la rechute est fondée, son état s'aggrave, elle ne sort plus de chez elle, je ne peux pas lui rendre visite, elle est trop fatiguée. Je profite de noël pour lui faire parvenir une Bible et avec mon mari, nous prions pour elle.


Quelques mois plus tard, mon mari et mon petit garçon vont passer l'après midi sur le terrain de ma belle mère afin de l'entretenir. Le soir, au moment du couché, mon petit garçon me demande : "pourquoi le mari de cette dame était si triste ?" J'étais la première étonnée : "Ah bon il était triste ? à quoi tu as vu cela ?" "je l'ai vu dans les yeux" m'a-t-il répondu.


Alors mon mari l'appelle et il lui demande comment il va et comment va son épouse. Il nous dit qu'elle vient de rentrer dans le comma, qu'elle est à l'hôpital. Je lui demande si je peux la visiter, il me dit oui mais que ça ne sert à rien puisqu'elle est dans le comma. Dés le lendemain, je me rend à l'hôpital et sur la route qui y monte, car l'hôpital est tout en haut, il m'est revenu ce verset sur le quel j'étais tombée toute la semaine précédente : "Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles..." (Esaïe 52.7). Alors, je savais que je venais pas pour rien.


Je suis entrée dans sa chambre, et effectivement, elle était dans le comma. J'ai pris sa main et j'ai commencé à échanger avec elle, lui demandant si elle comprenait ce que je lui disais. Elle m'a serré la main en guise de réponse. J'ai pu alors partager la bonne nouvelle de PAIX et du salut en Jésus,  le beau message de la Parole de Dieu, l'évangile de Jésus-Christ. Je lui ai dis que le Seigneur allait reprendre sa vie maintenant et je lui ai demandé si elle était prête à le rencontrer, elle m'a serré la main. Je lui ai demandé si elle avait peur, elle m'a fait signe que non avec la tête.


Je l'ai quitté en me disant que tout cela était irréaliste. Je me disais "si elle se rétablie, elle va me prendre pour une folle!"


Mais, elle est partie le jour même, nous avons eu un coup de fil tard dans la soirée pour nous avertir de son décès.


Et c'est là que son mari m'a appris que le jour, le seul où elle était venue à l'église, elle s'était levée à la fin, quand le pasteur avait dit : "celui qui veut recevoir Jésus-Christ dans son cœur, qu'il se lève". Elle, elle s'était levée !


Il m'a appris qu'elle lisait la Bible depuis noël, et qu'il y avait un marque page situé vers la fin de l'évangile de Jean, qu'elle avait lu les 4 évangiles.


J'étais stupéfaite de l'oeuvre de Dieu, qui loin des regards et à notre insue se fait pleinement. Seule chez elle, dans sa difficulté, elle avait trouvé la PAIX et la CONSOLATION que donnent les Saintes-Ecritures, elle avait trouvé l'ESPERANCE, elle avait trouvé JESUS-CHRIST.