Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Page 2

Mon grand père était un homme robuste (militaire), quelqu'un de respecté et de respectueux. Par contre il ne fallait pas que je lui parle de ma foi. 


Il était content pour moi, sa petite fille qui en 2002 était sortie de son impasse grâce à Dieu et avait changé de vie, mais voilà, il ne fallait pas que je partage ma foi et encore moins que je lui propose de l'aide, quand il rangeait son bois par exemple ! Il me disait en gros, en version light : "je n'ai pas besoin de toi, c'est pas toi qui va m'apprendre la vie".  Il faut dire que grand père n'avait besoin de personne.


Très bien, pas de soucis, ça fait partie de la joie de marcher avec le Seigneur ! Jésus n'a-t-il pas dit à ses disciples que le serviteur n’était pas plus grand que son maître, que si on l'avait rejeté lui, on nous rejetterait nous aussi. Alors ok je respecte, je ne parle plus de ma foi, je ne propose plus mon aide ... mais par contre je vais prier !  Et ça, personne ne pouvait me l'empêcher.


Je ne le voyais pas souvent, 2 ou 3 fois par an maximum (aux repas de famille) et je pouvais parler de tout, d'absolument, sauf de ma foi.


Mais voici, en 2014 environ, grand père est tombé malade, quelque chose de costaud. L'intervention chirurgicale était inévitable et pour la première fois, grand père, cet homme si fort, montrait une once (une toute petite once) d'inquiétude.


Le vendredi soir à l'église, lors de l'étude biblique, le pasteur a demandé si on pouvait avoir un temps de prière. Ce soir là, émue par la situation, un cri a jailli du tréfonds de mon cœur : "Seigneur,  guérit mon grand père !". Ce fut ma prière, courte, mais efficace, mon grand père a été guéri ! Le chirurgien était stupéfait, il disait lui-même, qu'il avait opéré oui, mais que le résultat relevait du miracle, parce qu'il avait oté "une forêt de polypes" et que selon son expérience, il reconnaissait que quelque chose d'autre s'était passé. A partir de cet événement, grand père avait ressorti un vieux livre sur la foi chrétienne.


A noël du coup, j'ai osé lui offrir un cadeau qui me semblait incontournable : un nouveau testament et une bonne semence. A chaque noël, j'ai renouvelé ce cadeau, qu'il a accepté avec joie.


Puis en mars 2018, tout a basculé, grand père est tombé à terre ... plus de force pour se relever ... il a été hospitalisé. Il nous a demandé à ce que l'on prie pour lui.


Aussitôt, le Seigneur a mis sur mon cœur de lui écrire une lettre, le 06 mars. Tous les mots me sont venus si facilement, je savais exactement ce que je devais lui dire, alors j'ai écris, j'ai écris que la vie n'était pas finie, que maintenant le Seigneur désirait le prendre à Son service, que si son corps s'usait et se détériorait ici bas, son être intérieure, lui, pouvait être renouvelé pour l'éternité, que Jésus avait pourvu pour qu'il vive éternellement ...


Puis le Seigneur m'a dit "fais attention aux tournures de tes phrases car dans un mois tu liras cette lettre devant  toute ta famille". J'ai gardé cette pensée pour moi, de peur de me tromper et j'ai transmis la lettre à grand père, qu'il a lu ... plusieurs fois.


A ce moment là, personne ne pouvait se douter de l'issue des choses, le docteur était optimiste, les résultats étaient bons et grand père était fort, mais le 06 avril, 1 mois jour pour jour, grand père est décédé. Gros choc pour chacun d'entre nous, grand père, c'était grand père, il n'avait jamais eu besoin de rien, ni de personne.


Comme le Seigneur me l'avait dit, effectivement, j'ai lu la lettre devant toute ma famille lors de son enterrement. Un message différent de ce que l'on peut entendre habituellement. Dans ce moment difficile, je parlais d'une espérance réelle que l'on pouvait avoir lorsqu'on acceptait de confier sa vie au Seigneur.

  

Dans cette histoire de vie, j'ai retenu quelque  chose d'important, c'est de ne pas s'arrêter à ce que l'on voit, ni à ce que l'on entend. J'aurai pu me décourager quand il rejetait aux premiers abords, ma foi. Mais vu l'issue des choses, je remercie le Seigneur, car lui seul sait ce qui ce passe dans les cœurs et lui seul connait le chemin pour y parvenir.


Lors de notre dernière discussion avec mon grand père, 3 mois avant cet événement, il a dit : "la foi en Jésus-Christ est une affaire de cœur" et c'est juste ! C'est même un cœur à cœur, une relation vivante.


Jésus a dit "me voici debout devant la porte : je frappe. Si quelqu’un est sensible à mon appel et s’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui et nous dînerons en tête-à-tête : moi près de lui et lui près de moi." (Apocalypse 3.20)

  

Qui suis je ?

Pourquoi ce blog ?

Je suis une femme, une épouse, une mère ... qui croit en Dieu avec une foi simple, une foi vivante

Dans le but de publier ce que Dieu a fait dans ma vie, de partager les expériences de foi : "Publiez les oeuvres de l'Eternel, rappelez la grandeur de son nom !  Il a fait des choses magnifiques : Qu’elles soient connues par toute la terre !" Esaie 12.4

La lettre de grand père