Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Page 2

L’essentiel sur noël


Un peu d’étymologie :

Le mot « noël » vient du latin « natalis » qui signifie « naissance », en rapport avec la naissance de Jésus-Christ. Aucun texte biblique ne précise le jour de la naissance de Jésus. Noël ne fait pas partie des fêtes suivies par les premiers chrétiens. La fête de noël n’est pas dans la Bible. La date de cette naissance fixée un 25 décembre a été instaurée au IVe siècle seulement, dans le but de remplacer d’autres fêtes existantes à ce moment-là, qui connaissaient des débordements. Et puisque ce jour était celui du solstice d’hivers, le jour le plus court de l’année, qui marquait donc le début de journées plus longues, il était chargé d’un symbole fort : la lumière qui revient, à l’image de la venue de Jésus, décrit dans la Bible comme la lumière du monde, éclairant tout homme.  Du coup le 25 décembre est devenu le jour de célébration de la naissance de Jésus, plus comme un mémorial qu’une date d’anniversaire.


Un peu de sociologie :

Aujourd’hui, noël est fêté par l’ensemble de la population, toutes confessions de foi confondues, sans aucun rapport avec la naissance de Jésus ou si peu. Un père noël, des cadeaux, un sapin décoré, des guirlandes lumineuses, une magnifique table et beaucoup d’argent dépensé résume assez bien la fête de noël actuelle en France. D’après des enquêtes effectuées sur ce sujet, elle est considérée par les uns plutôt comme une fête familiale qui rassemble la famille et les amis autour d’un très bon repas. Elle est décriée par les autres, comme étant devenue essentiellement commerciale et pour d’autres encore, elle est le jour le plus triste de l’année. A noter que les taux de suicide sont les plus élevés en cette période.


Un petit retour à l’origine de cette fête :

Noël c’était une occasion de se rappeler qu’un jour, il y a eu la naissance de Jésus et que cette naissance a été exceptionnelle : elle reste à ce jour inégalée ! Le côté festif aussi agréable soit-il, sera vite oublié, la féerie, la magie de noël, les paillettes se dissiperont une fois la fête terminée, les guirlandes lumineuses seront rangées dans un carton attendant l’année suivante, comme le sapin d’ailleurs, tandis que la lumière de Jésus, elle, pourra briller chaque jour de chaque année dans le cœur de celui qui la recevra.


Voici la plus belle histoire de noël jamais contée : la naissance de Jésus, une histoire exceptionnelle, extraordinaire, une histoire vraie surtout.


En voici les récits bibliques : Luc chapitre 2 et Matthieu chapitre 2


  

L’ange et les bergers

Quand le jour de la naissance de Jésus est arrivé, Marie et Joseph se trouvait à Bethleem. Marie mit au monde un fils, son premier enfant. Elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’abri destiné aux voyageurs. Dans cette même région, il y avait des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leur troupeau.  Un ange du Seigneur leur apparut et la gloire du Seigneur les entoura de lumière. Ils eurent alors très peur.  Mais l’ange leur dit : N’ayez pas peur, car je vous apporte une bonne nouvelle qui réjouira beaucoup tout le peuple : cette nuit, dans la ville de David, est né, pour vous, un Sauveur ; c’est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous le fera reconnaître : vous trouverez un petit enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche. Tout à coup, il y eut avec l’ange une troupe nombreuse d’anges du ciel, qui louaient Dieu en disant : Gloire à Dieu dans les cieux très hauts, et paix sur la terre pour ceux qu’il aime ! Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons donc jusqu’à Bethléem : il faut que nous voyions ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.  Ils se dépêchèrent d’y aller et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. Quand ils le virent, ils racontèrent ce que l’ange leur avait dit au sujet de ce petit enfant.  Tous ceux qui entendirent les bergers furent étonnés de ce qu’ils leur disaient.  Quant à Marie, elle gardait tout cela dans sa mémoire et y réfléchissait profondément. Puis les bergers prirent le chemin du retour. Ils célébraient la grandeur de Dieu et le louaient pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, car tout s’était passé comme l’ange le leur avait annoncé.


Ce récit n’est pas du tout FEERIQUE, mais quelle GLOIRE CELESTE ! Avez-vous déjà reçu la visite d’un ange annonçant la venue d’un bébé ? Quel faire-part extraordinaire !


Anne et Siméon 

Le huitième jour après la naissance, le moment vint de circoncire l’enfant, on lui donna le nom de Jésus, nom que l’ange avait indiqué avant que sa mère devienne enceinte.… Il y avait à Jérusalem un certain Siméon. Cet homme était droit, il respectait Dieu et attendait celui qui devait sauver Israël. Le Saint–Esprit était avec lui  et lui avait appris qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Messie envoyé par le Seigneur.  Guidé par l’Esprit, Siméon alla dans le temple. Quand les parents de Jésus amenèrent leur petit enfant afin d’accomplir pour lui ce que demandait la loi, Siméon le prit dans ses bras et remercia Dieu en disant : Maintenant, Seigneur, tu as réalisé ta promesse : tu peux laisser ton serviteur mourir en paix. Car j’ai vu de mes propres yeux ton salut, ce salut que tu as préparé devant tous les peuples : c’est la lumière qui te fera connaître aux nations du monde et qui sera la gloire d’Israël, ton peuple.  Le père et la mère de Jésus étaient tout étonnés de ce que Siméon disait de lui.  Siméon les bénit et dit à Marie, la mère de Jésus : Dieu a destiné cet enfant à causer la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de Dieu auquel les gens s’opposeront, et il mettra ainsi en pleine lumière les pensées cachées dans le coeur de beaucoup. Quant à toi, Marie, la douleur te transpercera l’âme comme une épée.  Il y avait aussi une prophétesse, appelée Anne, qui était la fille de Penouel, de la tribu d’Asser. Elle était très âgée. Elle avait vécu sept ans avec le mari qu’elle avait épousé dans sa jeunesse,  puis, demeurée veuve, elle était parvenue à l’âge de quatre–vingt–quatre ans. Elle ne quittait pas le temple, mais elle servait Dieu jour et nuit : elle jeûnait et elle priait. Elle arriva à ce même moment et se mit à remercier Dieu. Et elle parla de l’enfant à tous ceux qui attendaient que Dieu délivre Jérusalem.


Siméon a dit : Jésus est la lumière qui fera connaître Dieu aux nations du monde. Nous en faisons partie. Nous pouvons connaitre Dieu aujourd’hui, à travers Jésus-Christ, il est le chemin, la vérité, la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par lui.




Texte : Céline G.

Ce récit ne contient pas la MAGIE de noël, mais un GRAND MIRACLE de Dieu ! Une étoile qui bouge, qui indique et qui s’arrête. A-t-on déjà vu cela pour une autre naissance ? 


L’étoile de Bethleem

Jésus est né à Bethléem, en Judée, à l’époque où le roi était Hérode. Après sa naissance, des savants, spécialistes des étoiles, vinrent d’Orient. Ils arrivèrent à Jérusalem  et demandèrent : Où est l’enfant qui vient de naître, le roi des Juifs ? Nous avons vu son étoile apparaître en Orient et nous sommes venus l’adorer. Quand le roi Hérode apprit cette nouvelle, il fut troublé, ainsi que toute la population de Jérusalem. Il convoqua tous les chefs des prêtres et les maîtres de la loi, et leur demanda où le Messie devait naître. Ils lui répondirent : A Bethléem, en Judée. Car voici ce que le prophète a écrit : Et toi, Bethléem, au pays de Juda, tu n’es certainement pas la moins importante des localités de Juda ; car c’est de toi que viendra un chef qui conduira mon peuple, Israël. ... Les savants virent alors l’étoile qu’ils avaient déjà remarquée en Orient : elle allait devant eux, et quand elle arriva au–dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant, elle s’arrêta.  Ils furent remplis d’une très grande joie en la voyant là. Ils entrèrent dans la maison et virent l’enfant avec sa mère, Marie. Ils se mirent à genoux pour adorer l’enfant ; puis ils ouvrirent leurs bagages et lui offrirent des cadeaux : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Ensuite, Dieu les avertit dans un rêve de ne pas retourner auprès d’Hérode, ils prirent alors un autre chemin pour rentrer dans leur pays. Quand les savants furent partis, un ange du Seigneur apparut à Joseph dans un rêve et lui dit : Debout, prends avec toi l’enfant et sa mère et fuis en Égypte, restes–y jusqu’à ce que je te dise de revenir. Car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire mourir. Joseph se leva donc, prit avec lui l’enfant et sa mère, en pleine nuit, et se réfugia en Égypte.  Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode.