Accueil
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Page 2
Accueil
Accueil
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Page 2
Accueil
Page 2
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil

L'HISTOIRE DE LA BIBLE


I - L'histoire de la Bible : des origines à Jésus-Christ


Dieu a parlé à l'homme dès sa création (Genèse 1/28) et au cours des siècles, il s'est adressé directement à diverses personnes qu'il avait choisi. La valeur de ses paroles n'était pas limitée au seul moment où il les prononçait; c'est pourquoi il fallait les communiquer aux générations futures (Deut 6/6-7 et  Matthieu 24/35). Il en était de même des actes de Dieu qui devaient aussi être gardés en mémoire (Deut 4/9).


Cela conduisit à mettre par écrit tout ce dont il fallait garder le souvenir (Exode 17/14, 1 Rois 11/41 et 14/19,29) un texte écrit permettait de fixer définitivement ce qu'une traduction orale aurait pu déformer. C'est là une raison d'être de la Bible en tant que livre.


Pourtant la Bible se distingue de tout autre livre par son contenu, écrit par Dieu lui même (2 Pierre 1/20-21).


Dieu a également veillé à ce que sa Parole soit transmise intacte (Matt 5/18 et Esaie 40/8).


Le terme "Bible" vient du Grec "biblia", pluriel de "biblion"  =livre, ce mot est lui-même dérivé de "byblos" qui désignait tout document écrit, spécialement sur papyrus. La Bible est donc littéralement un "ensemble de livres". Elle est "le livre par excellence".

 


1. L'écriture et les matériaux utilisés

Au Proche-Orient, les civilisations de l'Antiquité développèrent très tôt différentes écritures. Les premières furent en pictographies, hiéroglyphes et cunéiformes. La découverte des alphabétiques dont l'usage se généralisa vers 1500 ans avant J.C. apporta une simplification et rendit l'écriture accessible a un beaucoup plus grand nombre de personnes.


Plusieurs supports pour l'écriture ont été employé : d'abord les pierres et les briques (Ex 32/15-16, Deut 27/2-3) , puis les papyrus d'origine végétale. Les papyrus, connus dès le deuxième millénaire avant J.C, se présentaient sous forme de rouleaux (Esd 6/2, Psaumes 40/8) sur lesquels les textes étaient écrits en colonnes successives. La ville de Guébal, dans la région du Liban moderne, se spécialisa dans le traitement des rouleaux de papyrus, elle fut plus tard nommée Byblos par les Grecs en l'honneur de son industrie.


Un autre support pour écrire fut mis au point au 2e siècle avant l'ère chrétienne: le parchemin d'origine animale (2 Timothée 4/13). Ce matériel était bien plus durable que le papyrus.

 

2. La rédaction de l'Ancien Testament

La première mention du livre de la révélation de Dieu se trouve dans le livre d'Exode dans la bible au chapitre 17, verset 14, lorsque Dieu ordonna à Moïse d'ajouter au livre déjà existant le compte rendu de la bataille contre Amalek.


Ensuite, au fur et à mesure des événements et des révélations de Dieu, le livre fut complété sous le contrôle du Saint-Esprit. Le livre de l'alliance ou livre de la loi est souvent mentionné (Ex 24/7, Deut 17/18, 31/24-26, Jos 1/8, Néh 8/1-3, Dan 9/2).


Tous les écrits de l'Ancien Testament furent achevés au 4e siècle avant l'ère chrétienne. La plupart d'entre eux avaient été assemblé au 5e siècle, probablement par Esdras le scribe (Esd 7/6-12). Les cinq livres de Moïse furent admis comme canoniques aux environs de 444 avant J-C, les livres des prophètes entre 300 et 200 ans avant J-C et les "Saintes Ecritures" dès 165 ans avant J.C. des lors, le canon sacré fut séparé de tous les textes non inspirés, notamment des livres dits apocryphes.


Au cours de l'histoire, différents classements sont apparus; cependant, dans tous les cas, les livres étaient répartis en trois sections:


La Thora = Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome (Le Pentateuque).

Les N'biim = Josué, Juges, 1 et 2 Samuel, 1 et 2 Rois, Essaie, Jérémie, Ezéchiel et les douze prophètes mineurs.

Les Kethubim =  Les Psaumes, Job, les Proverbes, Ruth, le Cantique des cantiques, l'Ecclésiaste, les Lamentations de Jérémie, Esther, Esdras, Néhémie, 1 et 2 Chroniques.

 

3. La transmission du texte

Il était indispensable de recopier et de multiplier les exemplaires du texte sacré. Un très grand nombre de copiste effectua cette tâche, en particulier les scribes de Jérusalem et les samaritains, établis sur le Mont Garizim, qui eux se consacrèrent à la copie du pentateuque.


Au 3e siècle avant J.C, le roi d'Egypte Ptolémée II Philadelphe ordonna la traduction d'hébreu en Grec de la littérature juive, sacrée et profane. L'Ancien Testament grec reçut le nom de " Version des Septantes" (abrégé LXX). Celle-ci se répandit largement sur toutes les rives de la Méditerranée, où à cette époque, la langue grecque était prédominante. La diffusion de cette traduction prépara le monde à la venue de Jésus-Christ sur la terre.


Les traducteurs de la version des Septantes réorganisèrent l'ordre des livres pour les classer par thèmes et de façon chronologique. C'est dans cette disposition que l'on trouve les livres de l'Ancien Testament dans la plupart des éditions chrétiennes de la Bible.



II -L'histoire de Bible: de Jésus-Christ au Moyen Age


1. La formation du Nouveau Testament

Du point de vue chronologique, les premiers écrits du Nouveau Testament ont été des Epitres.

Les apôtres les ont rédigé au fur et à mesure des besoins des communautés ou des croyants individuels, soit pour leur faire parvenir un enseignement, soit des encouragements, soit pour répondre à leurs questions (1Timothée 3/14-15, Jude 3, 1Jean 2/1-2,  3 Jean 1/13, 1 Jean 5/13).


La rédaction des Evangiles devint nécessaire à la suite de la disparition progressive des témoins oculaires de la vie terrestre de Jésus-Christ (Luc 1/1-4, Actes 1/21 et 10/39).


Luc, le médecin qui fut étroitement lié à l'activité des apôtres ( Actes 16/10 et 28/14 ), rédigea l'histoire du début de l'église: les Actes des apôtres (Actes 1/1-2 et  Luc 1/1-4).


Jean reçut les révélations qu'il a écrit dans l'Apocalypse lorsqu'il était prisonnier à Patmos (Ap 1/1).


Tous les écrits ont été rédigé avec le secours de l'Esprit de Dieu et sous son contrôle, dans le but de faire naître la foi en Christ  "Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom." Jean 20/31


Le Nouveau Testament, rédigé sur papyrus et parchemins, fut achevé avant la fin du premier siècle.


Voici les dates de rédaction approximatives des livres du Nouveau Testament dans l'ordre chronologique:

Dates     Epitres             

45-48     Jacques

50-51     1 et 2 Thessaloniciens

50-55     Galates

54-56     1 Corinthiens

56-57     2  Corinthiens

56-58     Romains

60-62     Ephésiens

60-62     Philémon

60-62     Philippiens

60-62     Colossiens

64          1  Timothée

64-65     1  Pierre

65           Tite

65-67     2  Timothée

65-68     Hébreux

66-68     2  Pierre

66-68     Jude

85          1, 2 et 3 Jean   

50-70     Matthieu

60-67     Actes

63-68     Marc

85-90     Jean

95          Apocalypse


2. Le Canon sacré

Au cours des 2e et 3e siècle, sous l'influence des pères de l'église (surtout Irénée, Tertullien, Origéne et Cypian), la liste des livres inspirés du Nouveau Testament fut fixée. Les textes apocryphes furent écartés et divers conciles de l'église primitive confirmèrent le canon des 66 livres de la Bible.


3. Les textes grecs

Vers l'an 313, les persécutions contre le christianisme pris fin, l'empereur romain Constantin ordonna la copie de 50 Bibles grecques complètes sous la direction d'Eusèbe, ex-prisonnier pour sa foi.


Dès le 5e siècle, l'empire d'Orient choisit Byzance comme capitale; c'est là que se concentrèrent les copies de la Bible grecque, d'où le nom de "textes byzantins".


Il existe aujourd'hui à peu près 200 manuscrits byzantins en écriture onciale (majuscules) et près de 5000 manuscrits en lettres cursives (minuscules) rédigés entre le 9e et le 15e siècle. Les manuscrits de la Bible les plus complets et anciens qui aient été retrouvé sont:

- Le Codex Sinaï ticus,

- Le Codex Vaticanus

- Le Codex Alexandrinus


4. La traduction latine de Jérôme

Jérôme fut chargé par Damas Ier, évêque de Rome, de réviser le Nouveau Testament en latin. Il se servit pour cela du texte original en grec. Puis il entreprit la révision de l'Ancien Testament sur la base du texte original hébreu, ne se contentant pas de partir de la version grecque des Septantes. Cela conduisit à une nouvelle version latine de la Bible, achevée en 405, que l'on nomma la vulgate (= répandue généralement). Dès le 9e siècle, cette traduction devint la version officielle de l'Eglise catholique romaine.


Jérôme dut incorporer à sa version les textes non inspirés que contenait la version des Septantes. Il les désigna par le nom de "livres apocryphes" et affirma qu'aucune doctrine ne devait être tirée de ces livres. Ces avertissements de Jérôme furent supprimés par l'Eglise catholique romaine au concile de trente (1546 à 1563).

 

5. Les textes hébreux de l'Ancien Testament

Les texte de l'Ancien Testament en hébreu étaient conservés à Jérusalem et au Proche-Orient. Du 5e au 10e siècle,des docteurs juifs, les massorètes, contrôlèrent et copièrent avec un soin extrême le texte sacré hébreu. Ils lui adjoignirent les "points voyelles" pour en fixer définitivement la prononciation.



III - L'histoire de la Bible: du Moyen Age au 17e siècle

 

1. La Bible et l'imprimerie

En 1456, Gutenberg sortit à Mayence le premier livre imprimé: une Bible Vulgate. Dès lors, les Saintes Ecritures ont été édité par milliers d'exemplaires. Cette diffusion du texte sacré a préparé le chemin de la Réforme. le premier Nouveau Testament imprimé en français le fut à Lyon vers 1474.


Robert Estienne ( 1503-1559 ) de Paris était tout à la fois imprimeur et savant. En 1552, il se réfugia à Genève pour poursuivre son travail. C'est lui qui a introduit la division de la Bible en versets. Cette division apparut pour la première fois en 1551 dans le Nouveau Testament en grec et en 1553 dans une Bible complète en français.


Parmi les premières éditions largement répandues figure le Nouveau Testament grec d'Erasme, paru à Bâle en 1516. Ce texte, malheureusement, se fondait sur des manuscrits trop récents. Il fut par la suite un peu amélioré et devint dès 1633 le "texte des Elzévirs", base des traductions en langues courantes pendant près de trois siècles. Aujourd'hui, à la place de ce texte défectueux, on utilise un texte critique ( par exemple l'Ancien Testament de R.Kittel et le Nouveau Testament de D.E. Nestle), c'est-à-dire un texte résultant de la comparaison de tous les manuscrits, particulièrement des plus anciens.  


 

 

2. La Bible en français

Lefèvre d'Etapes (1450-1536), professeur à la Sorbonne, traduit le Nouveau Testament en 1524 et L'Ancien Testament. C'est la première traduction complète de la Bible en français. Parmi ses élèves se trouvent Guillaume Farel et Jean Calvin.


Suite à l'insistance des Vaudois du Piémont, Robert Olivétan, de Neuchâtel, réalise la première version française de toute la Bible basée directement sur les texte originaux. Elle paraît en 1535. Cette traduction a été révisée successivement par Jean Calvin (1560), Théodore de Bèze (1588), David Martin (1707) et Jean Osterwald (1744).


Malgré la désapprobation de l'Eglise romaine, Isacc Lemaistre (1613-1684), prieur de l'Abbaye de Port-Royal, traduit le Nouveau Testament du grec (1666) et l'Ancien Testament du latin (1672). Il les édite sous le pseudonyme de le maistre de Sacy. De nombreuses autres versions "Catholiques" avaient déjà vu le jour dès le milieu du 16e siècle.

 


3. La Bible en allemand

Sept traductions de la Bible en allemand ont existé avant 1477. De 1480 à 1520, il en paraît sept en "haut allemand" (devenu, depuis Luther, allemand classique) et trois en "bas allemand" (divers parlers de la plaine de l'Allemagne du Nord).


Martin Luther (1483-1546), moine de l'ordre des Augustins, indigné par les abus du trafic des indulgences (le pardon des péchés donné par l'Eglise contre paiement), se met à faire des recherches dans l'Ecriture Sainte. Il y découvre la base et la source du pardon de Dieu: sola gratia (=la grâce seule) et sola fide (= la foi seule). Désireux que chacun puisse lire les révélations divines dans sa propre langue, il traduit le Nouveau Testament en 1522, puis l'Ancien Testament en 1534, à partir des texte originaux. Son travail relégua dans l'ombre toutes les traductions précédentes. La Bible de Luther devint la grande force de la réformation; elle eut un rayonnement bien au delà des frontière linguistiques.


En suisse alémanique, c'est Ulrich Zwingli (1484-1531) qui fraye un chemin à la parole de Dieu. Prêtre au Grossmünster de Zurich, il découvre, indépendamment de Luther, la doctrine du salut basée sur le Nouveau Testament. A partir de 1523, il prêche la Réforme et comme Luther, la défend des disputes publiques où il affronte des représentants de Rome. Zurich devient l'un des centres de la Réformation . C'est dans cette ville que paraît en 1531 la Bible de Zwingli traduite à partir des textes originaux par un groupe de théologiens de l'entourage de Zwingli.

 


4. La Bible en anglais

En 735, Bède le Vénérable (672-735) traduit l'évangile de Jean à partir de la Vulgate, juste avant de mourir.


Johon Wycliffe (1324-1384) traduit toute la Bible à partir du latin (1382). C'est la première Bible complète en anglais.


William Tyndale (1483-1536) doit s'exiler pour éditer son Nouveau Testament à Worms (1525). Il traduit ensuite une grand partie de l'Ancien Testament jusqu'à ce qu'il soit arrêté et condamné au bûcher. Sa traduction est basée sur les textes hébreux et grecs. Ses amis terminent son travail et l'Ancien Testament sort de presse en 1538. En 1611 paraît la "Version autorisée du roi Jacques" dont la majeur partie est constituée par le texte de Tyndale. Cette Bible a été la plus répandue dans le monde.

 


5. La Bible en italien

En 1471 paraissent les deux premières éditions imprimées de la Bible en italien. En 1564, le pape Pie IV interdit la lecture d'une version quelconque de la Parole de Dieu.


C'est à Genève que sort de presse en 1607 la traduction de Giovanni Diodati ( 1576-1607). Cette version de

la Bible est la première réalisée en italien à partir des textes originaux.




IV - L'histoire de la Bible: Du 17e siècle à nos jours

 


1. Découverte des codex

On appelle codex des manuscrits anciens sous forme de feuilles reliées en volume et non en rouleau. les plus importants sont:


- Le codex Alexandrinus du 5e siècle, donné e 1628 au roi d'Angleterre par le patriarche de Constantinople

- Le codex Vaticanus du 4e siècle, mis au jours vers 1850

- Le codex Sinaï ticus du 4e siècles, examiné la première fois par Tischendorf en 1844 au monastère Ste Catherine dans le sinaï.

 


2. Les sociétés bibliques

Mary Jones conduit à la fondation de la société biblique britannique en 1804. Celle-ci sera dans toutes les sociétés bibliques. Leur but est d'imprimer la parole de Dieu et de la diffuser largement et à des conditions accessibles pour tous.


L'abondante diffusion des Ecritures qui s'ensuivit fut à la base de l'effort missionnaire du 19 e siècle et de divers mouvements de réveil spirituel.

 


3. Diffusion actuelle des Ecritures

On estime qu'à l'heure actuelle 500 millions de portions de la Bible (dont 12 millions de Bibles complètes) sont répandues chaque années dans le monde. (Chiffres de 1985)


Des textes écrits de la parole de Dieu existent dans plus de 1800 langues, parmi les 5500 qui sont parlées sur le globe.


Des disques comportant des textes bibliques existe en 4200 langues.

 


4. Traductions modernes les plus répandues

Traductions françaises :

Protestantes :  Darby (1885),  Segond (1880, révisée en 1910 et en 1978); Synodale (1910),

Nouveau testament Bonne nouvelle aujourd'hui (1971); Bible en français courant (1982).

Oecuménique : Traduction oecuménique de la Bible ou TOB (1975).

Israélite : Ancien Testament Zadoc Kahn (1899)


Traductions allemandes :

Protestantes : Luther révisée (1948);  Zwingli révisée (1931);  Schlachter (1905, révisée 1951); Elberfelder ou Darby

 (1871, révisée 1986); Menge (1926/1939);  Bruns (1962).

Oecuménique : Die Gute Nachrischt  (N.T. 1971; A.T. 1980).


Le traducteur de la Bible va toujours se trouver confronter à deux façons de traduire:

- une traduction formelle, c'est-à-dire que la traduction suit de près l'original dans les expressions; le traducteur accorde l'importance principale à une correspondance des mots et des structures grammaticales.

- une traduction du contenu, visant à une "équivalence dynamique", c'est-à-dire que le sens de l'original est exprimé par les moyens de la langue de traduction. Pour rendre le contenu aussi claire que possible, certains traducteurs ont réalisé des transcriptions ou versions paraphrasées qui contiennent un développement explicatif du texte.


Il va de soi que le traducteur de la Bible cherchera un intermédiaire entre ces deux. Par exemple: Segond est plus proche de la taduction formelle, alors que la Bible en français courant est plus proche de l'autre.

 


5. Preuves externes confirmant la Bible

Au cours des 18e et 19e siècle apparaît la critique biblique. Les Ecritures sont discutées et leur autorité contestée.


Mais, dès le 19e siècle, Dieu permet que se multiplient les confirmations de l'exactitude du texte biblique:

-   preuves archéologiques

- découvertes de manuscrits bibliques anciens (codex, manuscrits de la mer morte)

-   accomplissement de prophéties concernant les derniers temps.

D'OU VIENT
LA BIBLE ?

  

LE MESSAGE

DE LA BIBLE


Message central de la Bible

SE PROCURER UNE BIBLE ?


Carnet d'adresses
pour trouver une Bible

LA BIBLE
ET L'AVENIR


Depuis toujours, les hommes ont cherché à connaitre leur avenir, savez vous que Dieu
n'a rien caché de ses intentions



LA SCIENCE

ET LA BIBLE


Une vidéo sur le sujet



LES CHIFFRES
DE LA BIBLE


Des chiffres marquants
en ce qui concerne la
diffusion de la Bible



LES FEMMES
DANS LA BIBLE


Le nom des femmes
dans la Bible et leurs
significations

MONTAGNES
ET REGIONS


Le nom des monts dans
la Bible et leurs significations

  

LES PEUPLES
ET LA BIBLE


Le nom des diffèrents
peuples dans la Bible

  



PROPHETIES BIBLIQUES

  



LES DIFFERENTES
VERSIONS
DE LA BIBLE

  



JERUSALEM
AU TEMPS
DE LA BIBLE

  



D'OU VIENT
LA BIBLE ?


Origine des Saintes Ecritures